Patrick Elie Mourez

Le metteur en scène

 

1906 : Naissance de Samuel Beckett, le 13 Avril, à Foxrock , banlieue sud de Dublin.

1946 : Beckett compose : « Mercier et Camier »
            Moi, personne n’ose encore m’imaginer, mais…

1956 : « En attendant Godot » est joué pour la première fois aux Etats-Unis.
            C’est ma naissance, à Rabat (Maroc), le Lundi 23 Juillet.

1966 : Beckett publie : Comédie et Actes Divers, Assez, Bing.
            Je suis à l’Ecole St Pierre, à Troyes, depuis 3 ans déjà, et j’aime ça. Je grandis.

1976 : Première mondiale à Londres de : « Cette fois » et « Pas », dans le cadre d’une année Beckett en célébration de son anniversaire.

            C’est, pour moi, le début d’une nouvelle aventure. J’entre en formation de comédien, à la Compagnie Jacques Cantel. J’y apprends le métier d’acteur, mais aussi de scénographe, de régisseur, de metteur en scène, et de « professeur » de Théâtre. Cela m’offre la possibilité de faire des stages de formation, et des travaux dirigés avec: Gabriel Garran, Stéphane Hillel, Robert Manuel, Jacques Fontan, Claude Rich, Jacques Perrimony, Peter Brook, Micheline Baudet (de la Comédie Française), Richard Collinet (Theâtrophage), Andreas Voutsinas, Jacques Alberka (Ballet-Théâtre de Lausanne), Michel Melki, et d’autres. Je travaille la danse (classique, moderne, jazz), les rudiments de la cascade, de l’escrime de scène, et du chant. J’aborde le cinéma. Un long métrage de Claude Patin, et plusieurs Courts. En 1979, je deviens Directeur du Théâtre de la Trinité, et suis engagé dans la compagnie de marionnettes A. Gilles. En 82, Jacques Cantel cesse ses activités. Je reprends le flambeau, fonde Trinité Atelier d’Art Dramatique, et donne naissance à l’Atelier T avec Dominique Daguet, professeur au Conservatoire de Troyes. En 83, c’est la création du Théâtre du Prétexte, qui est un atelier de création et de recherches sur le Théâtre Contemporain. C’est durant cette période, que je découvre l’œuvre de Beckett, de Pasolini, de Robert Wilson et de Andréï Tarkovski, entre autres, mais ceux-la, encore aujourd’hui, sont mes références.

1986 : Le monde fête les 80 ans de Beckett, lui, écrit « Fragments ».

            Depuis deux ans, je travaille comme comédien au Théâtre Populaire de Champagne, dirige par Pierre Fabrice. Je suis devenu ce que l’on nomme communément un Intermittent du Spectade. Parallèlement, je me suis mis à la photographie, la peinture et l’écriture. En 87, grand bonheur, je joue « Pozzo » dans « En attendant Godot » monté par le T.P.C, et c’est à Prague, où nous sommes en tournée avec une autre pièce, en Décembre 89, que nous apprenons la disparition de Beckett. Mais le travail continue. Je m’immerge de plus en plus profondément dans la mise en scène. Je monte « Orgie » de Pasolini, « Du sang sur le cou du chat » de Fassbinder, « Torquato Tasso » de Bruno Bayen d’après Goethe, « Sang et eau » de Enzo Cormann, « Imprécations dans l’abattoir » de Michel Deutsch, entre autres. En 1993, avec Alain Lecucq de la Compagnie Papier-Théâtre, nous créons la Compagnie Prétexte & Co, pour approfondir encore ce travail sur le Théâtre Contemporain. Pendant ce temps, à titre personnel, je conduis des recherches et des réflexions sur l’expression picturale dans l’œuvre de Robert Wilson, le réfèrent philosophique dans celle de Beckett, et sur la récurrence du Mythe et son traitement, dans l’œuvre théâtrale et cinématographique de Pasolini.

1996 : La Compagnie Prétexte & Co a trois ans, et des projets plein la tête. En 1999, pour le dixième anniversaire de la mort de Beckett, je monte une seconde version de et « La dernière Bande » pour dire encore les yeux qu’il avait… Depuis 98, Alain Lecucq et son Théâtre de Papier, volent à travers le monde. Nous, on continue.

2006 : La Compagnie a treize ans, et moi, déjà cinquante, dont trente au service du Théâtre. Ce n’est qu’un début.